– Film et processus –

Être Rêvé est un film qui tisse le principe des « mathématiques existentielles » au travers des 20 arrondissements de Paris. Celles-ci consistent à dire dans un langage universel – les mathématiques –, une recherche universelle – la quête du bonheur.

Alors qu’il déploie ses formules de « la force d’attraction de l’être rêvé », « la vitesse de libération de l’être » et autres méandres passionnels dans plusieurs institutions – le Centre Pompidou Metz, le Palais de Tokyo ou le Collège des Bernardins –, Laurent Derobert, docteur en philosophie économique et chercheur, propose à Tito Gonzalez Garcia, artiste vidéaste et cinéaste, et Alexandra de Bouhellier, de les étendre à la ville de Paris en parcourant ses rues à la poursuite de l’être rêvé.

S’ensuit le film, sorte d’allégorie réalisée pendant vingt jours, où chaque arrondissement associé à une formule emblématique est traité comme un tableau.
Le spectateur glisse alors de tableau en tableau en suivant deux êtres à la dérive, un homme, une femme, où chacun à sa manière arpente ses dédales intérieurs, apprivoise ses êtres et ses mondes en même temps qu’ils tissent une histoire d’amour.

Réalisation : Tito Gonzalez Garcia
Conception: Laurent Derobert, Tito Gonzalez Garcia, Alexandra de Bouhellier
Comédiens : Ingrid Isensee et David Kammenos
Assistant réalisation : Nicolas Bousquet
Montage : Tito Gonzalez Garcia et Gaël Comeau

Dossier de Presse Être Rêvé

 

 

20 jours de tournage pour 20 arrondissements

Jeu avec les aléas des êtres et mondes croisés, épousés ou heurtés

De novembre 2008 à juin 2010, Laurent Derobert arpente les arrondissements parisiens, mettant en abîme leurs dédales qu’il associe à une géométrie de l’être. Cette navigation insuffle des formules mathématiques qui, tuilées les unes aux autres, déploient le principe des mathématiques existentielles.
En novembre 2011, Laurent Derobert, Alexandra de Bouhellier et Tito Gonzalez Garcia décident de précipiter ce projet en un film expérimental.
Si son protocole de création est strict – vingt jours de tournages pour vingt arrondissements, tourner dans tous les lieux qui ont inspiré le déploiement philosophique et mathématique -, il n’en est pas moins un objet singulier, un regard sensible, qui incarne une dérive poétique : le film cherche à atteindre un rêve, que l’on poursuit toujours, qui échappe sans cesse.

1 – Le Louvre

2 – Chez Carmen / Vivienne Monnaie

3 – Musée des Arts et Métiers

4 – Bains douches municipaux, rue des Deux Ponts / Quais de l’île Saint Louis

5 – Muséum national d’histoire naturelle

6 – Les Deux Magots

7 – Ambassade du Chili / Tour Eiffel

8 – La Madeleine

9 – Théâtre de l’œuvre

10 – Le Pont Tournant

11 – Passage Lhomme

12 – Skate Park

13 – Prison de la Santé

14 – Carrière des Célestins

15 – Tour Montparnasse

16 – Onglerie, 26, rue de la Tour

17 – Square Péreire

18 – Place Marcel Aymé

19 – La Villette

20 – Cimetière du Père Lachaise

* – Hotel Ariane