Dédale 16 – Manucure

Conjecture Digitus Igitur
Incommensurabilité de l’être authentique et de l’être mondain

 Authentique de l’empreinte et mondain de l’ongle.

On ne peut connaître la forme de l’ongle à la lecture de l’empreinte

Quel est mon être réel ? Ce que je suis authentiquement (qu’un spectateur omniscient, un dieu, pourrait évaluer) ou ce que je parais au regard des autres. Ce que je suis aux yeux d’un dieu ou aux yeux des hommes.
Certains cherchent à résoudre cette dualité, d’autres la cultivent dans un élan carnavalesque.
L’ongle est ce que l’on donne à voir, le mondain au revers immédiat de l’empreinte qui porte la marque de l’authentique. On ne peut néanmoins juger l’un à l’aune de l’autre

Esse est percipi.
Être c’est être perçu.
Version un peu tragique de Berkeley